Le risque et le performance en bourse

 

Envisager d’investir en Bourse est une démarche enrichissante intellectuellement puisqu’elle engage le futur investisseur à se former sur les produits financiers et sur l’économie en générale. De même tout au long de la détention d’un produit financier ou d’action, il faut s’informer afin de s’assurer que celui-ci correspond toujours aux objectifs fixés initialement. De même, un investisseur rigoureux réexaminera régulièrement sa situation et ses objectifs d’investissement.

Le rendement frère jumeau du risque.

Le rendement d’un produit ou action est intimement lié à son risque. Un troisième facteur vient compléter ce tableau, l’horizon d’investissement. Ce trio risque-rendement-horizon d’investissement est l’un des principes de base que les actionnaires individuels doivent absolument intégrer avant toute sélection de produit.

Aucun établissement sérieux ne peut vous proposer une rémunération élevé sans risque. Ainsi, pour obtenir une rémunération plus importante, il vous faudra accepter une prise de risque plus importante.

Avant de sélectionner un produit financier, vous devez donc connaitre votre aversion au risque, c’est à dire, le niveau de risque que vous êtes prêt à tolérer pour un rendement donné.

Ainsi, il est facile de composer une échelle illustrant les risques et le potentiel de rendement de chaque produit financier.

 

Exemple :

Les actions des small caps par exemple sont en général plus risqué que les actions des big cap mais le potentiel de gains et supérieurs .Un portefeuille concentrer (pas beaucoup d’action dans son compte) est en général plus performant mais aussi beaucoup plus risquer qu’un portefeuille plus diversifier.

 

Quel est le bon équilibre entre son objectif de rendement et le degré de risque à supporter pour l’atteindre ? Dans les faits, cet équilibre varie aussi très sensiblement au cours du temps en fonction de la conjoncture économique et financière. En moyenne à travers les cycles économiques et les différents actifs financiers, on peut toutefois retenir qu’un placement moyen délivre un ratio rendement-volatilité annuelle de l’ordre de 0,5. On peut tirer deux conséquences de ce chiffre.

D’une part, dans l’expression de ses objectifs: tout pourcentage de rendement supplémentaire souhaité signifie qu’il devra être prêt à accepter au moins deux points supplémentaires de volatilité. Supposons qu’un investisseur souhaite avoir un retour sur investissement de l’ordre 8% par an contre 7% précédemment; toute chose égale par ailleurs, ceci signifie qu’il devrait être désormais prêt à supporter une volatilité de 16% contre 14% précédemment.

D’autre part, un produit ayant délivré sur longue période, un ratio rendement-volatilité durablement supérieur à 0,5 pourra être considéré comme relativement attractif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *